Et de 250 !

Crédit : NASA TV

Deux cosmonautes russes sont sortis dans l’espace le 28 avril pour activer le bras robotique européen ERA sur la Station spatiale internationale. C’était la 250e sortie depuis le début de l’assemblage de l’ISS, en décembre 1998.

Le 28 avril, dix jours seulement après leur précédente sortie dans l’espace, les cosmonautes russes Oleg Artemiev et Denis Matveïev ont de nouveau revêtu leur combinaison spatiale Orlan MKS pour continuer à travailler sur le bras robotique européen ERA (European Robotic Arm). Ce dernier se trouve sur les flancs du module-laboratoire russe MLM Nauka, amarré depuis le 29 juillet 2021 à la Station spatiale internationale.

La sortie a duré 7 heures et 42 minutes au total.

Les deux hommes ont commencé par retirer des protections thermiques fixées sur le bras lors du lancement, qu’ils ont jetées dans l’espace afin qu’elles brulent dans les prochaines semaines en rentrant dans l’atmosphère.

Ils ont ensuite enlevé des cales situées aux deux extrémités et sur le coude du bras, afin de lui permettre de se libérer. Ils ont également rajouté des rails sur le bras.

Depuis l’intérieur de la station, le cosmonaute russe Sergueï Korsakov a dès lors pu commander les premiers mouvements du bras, le déplaçant comme prévu d’un point d’ancrage à un autre le long du module Nauka.

Enfin, Oleg Artemiev a profité de la sortie pour inspecter un câble qui avait empêché une antenne Kours de se déployer complètement sur le module d’amarrage Pritchal après son lancement, le 24 novembre 2021 – ce qui avait obligé le Soyouz MS-21 de s’y amarrer en mode manuel, le 18 mars dernier.

Crédit : NASA TV

On notera également que les cosmonautes ont pris quelques instants, au bout de 7 heures de sortie, pour déployer une réplique de la « bannière de la victoire », placée au sommet du Reichstag lors de la prise de Berlin par l’Union Soviétique le 9 mai 1945, la date anniversaire et les festivités associées en Russie approchant.

Crédit : Roskosmos TV

L’ensemble de la retransmission vidéo de cette sortie est disponible sur YouTube.

Un décompte un peu alambiqué

Il s’agissait de la cinquième marche dans le vide pour Oleg Artemiev et de la seconde pour Denis Matveïev.

Pour la Russie, il s’agissait de la deuxième sortie planifiée en 2022 et de la 61e réalisée depuis le démarrage de l’occupation permanente de la Station spatiale internationale, en novembre 2000 (la première sortie en scaphandres russes est intervenue le 5 juin 2001 – à l’époque avec un cosmonaute russe et un astronaute américain).

Surtout, cette sortie marque symboliquement une nouvelle étape du programme ISS, qui compte désormais 250EVA réalisées depuis les débuts de son assemblage. La toute première avait eu lieu le 8 décembre 1998, lors de la mission STS-88 de la navette spatiale américaine. Elle avait permis de raccorder des câbles entre le module russe Zarya (lancé le 20 novembre 1998) et le module américain Unity (lancé deux semaines plus tard), qui constituaient alors l’embryon de la station.

Crédit : NASA

Pour l’anecdote, la numérotation officielle compte 233 sorties – 180 américaines (appelées EVA) et 53 russes (appelées VDK).

Ceci provient du fait que des sorties d’urgence, dites « non programmées », ont dû s’intercaler dans le planning de sorties prévues de longue date, sans recevoir de numéro officiel.

Ainsi, il y a eu au total 189 sorties en scaphandres américains (dont 9 non planifiées) et 61 en scaphandres russes (dont 8 non planifiées).

La prochaine sortie pour continuer les opérations sur le bras robotique ERA semble programmée pour le 18 mai prochain (VDK 54). Elle pourrait s’effectuer avec la participation de l’astronaute italienne Samantha Cristoforetti de l’Agence spatiale européenne, fraichement arrivée à bord de la l’ISS avec l’équipage Crew 4, le 27 avril.

Pour en savoir plus sur les bras robotique de la station, voir nos articles « Des robots et des hommes ».

Jacques Bocherens