Présentation de la mission Huginn

Le nom et le logo de la prochaine mission d’un astronaute européen à bord de la Station spatiale internationale ont été dévoilés le 18 août.

[Article publié le 22 août sur le site de la revue Air & Cosmos]

Crédit : Karen Lochtenberg / ESA

Un premier séjour de courte durée

L’astronaute danois Andreas Mogensen, sélectionné en mai 2009 par l’Agence spatiale européenne aux côtés de Thomas Pesquet et Samantha Cristoforetti, avait effectué son premier séjour à bord de l’ISS en septembre 2015, à l’occasion de la relève des équipages des Soyouz TMA-18M et TMA-16M.

Sa mission, baptisée IrISS (contraction du nom de la déesse grecque Iris et de celui de la station) avait duré presque dix jours.

L’écusson dessiné pour l’occasion était composé des deux ailes de la déesse qui, placées autour du drapeau danois, formaient un casque viking.

Une mission longue durée mi-2023

L’annonce officielle remonte au 24 mars dernier : Andreas Mogensen devrait participer à partir de mi-2023 à la mission Crew 7, cette fois pour un séjour de longue durée à bord du complexe orbital international.

L’astronaute, aujourd’hui âgé de 45 ans, deviendra ainsi le premier non-Américain à piloter le Crew Dragon de SpaceX, aux côtés de l’Américaine Jasmin Moghbeli (les noms des spécialistes de mission qui les accompagneront ne sont pas encore connus).

Une référence à la mythologie nordique

À un an du lancement, l’ESA a dévoilé le 18 août le nom de la prochaine mission spatiale de l’un de ses astronautes, choisi par l’intéressé : Huginn.

Ce nom trouve son origine dans la mythologie nordique, dans laquelle figurent notamment Huginn et Muninn, deux corbeaux complices du dieu Odin. Ensemble, ils symbolisent deux caractéristiques de l’esprit humain : la pensée (Huginn) et la mémoire (Muninn).

Le communiqué de presse de l’ESA précise : « Ces oiseaux ne sont pas de simples espions ou messagers pour le dieu suprême, ils lui servent également de confidents et de conseillers, parlant avec le langage humain. À l’aube, Odin les envoie voler à travers tout Midgard, afin de recueillir des connaissances sur le monde et de les rapporter chaque soir.

Les parallèles entre ce conte antique et les vols spatiaux humains sont clairs : au cours de son séjour dans la station, Andreas mènera de nombreuses expériences scientifiques de pointe, dont les résultats serviront à améliorer la vie sur Terre. »

Un écusson rempli de symboles

Le nom de la mission est associé à un écusson spécifique, créé par la graphiste de l’ESA Karen Lochtenberg.

Il reprend les couleurs rouge et blanc du drapeau danois, et comporte de nombreux symboles liés à l’esprit de la mission, également expliqués dans le communiqué de presse : « Huginn est représenté en train de voler vers la droite, se dirigeant vers l’avenir alors qu’il glisse au-dessus d’un horizon terrestre, qui peut également être vu comme la Lune ou Mars. L’aile de Huginn comporte des ombres représentant le Danemark, pays natal d’Andreas, tandis que le blanc du point culminant de l’aile – appelé « swoosh » par le graphiste – représente le voyage vers la station spatiale depuis Copenhague, lieu de naissance d’Andreas.

Deux bandes sur le dos d’Huginn représentent les panneaux solaires distinctifs de la station, et indiquent également qu’il s’agit de la deuxième mission d’Andreas sur la station. Les six étoiles qui ornent le ciel de cet écusson forment une constellation qui ressemble au symbole viking de « bon voyage ». »

Pierre-François Mouriaux