La dernière marche de l’année

La sortie extravéhiculaire du 30 novembre qui avait été reportée suite à une alerte aux débris spatiaux s’est finalement déroulée le 2 décembre à l’extérieur de la Station spatiale internationale.

Durant 6 heures et 32 minutes, les astronautes américain Thomas Marshburn et Kayla Barron ont comme prévu remplacé le système d’antenne Sasa (S-Band Antenna Support Assembly), tombé en panne en août dernier.

Attaché au bout du bras robotique Canadarm2, Thomas Marshburn effectuait pour l’occasion la cinquième EVA de sa carrière. Il compte désormais 31 heures et 1 minute de travail dans le vide. En tant que leader de l’US 78 (EV1), c’est lui qui portait le scaphandre aux bandes rouges.

Kayla Barron (EV2) réalisait pour sa part sa première « marche » spatiale.

A bord de l’ISS, le pilotage du bras robotique était assuré par l’astronaute allemand Matthias Maurer, assisté par son collègue américain Raja Chari.

Prochaine EVA le 19 janvier

C’était la treizième (et a priori dernière) sortie hors de l’ISS menée cette année. La précédente, le 12 septembre, avait notamment permis à Thomas Pesquet de devenir, l’astronaute non russe et non américain ayant passé le plus de temps dans le vide (39 heures et 54 minutes en 6 EVA).

Crédit : ESA/NASA

Les prochains à s’aventurer hors de l’ISS devraient être les cosmonautes russes Anton Chkaplerov et Piotr Doubrov, le 19 janvier 2022, pour la première d’une série de séances de travail destinées à complètement connecter le nouveau module russe Pritchal, arrivé le 26 novembre. Il s’agira de brancher des câbles de télémétrie et d’alimentation, d’installer des mains courantes, mais aussi de s’assurer de la déconnexion rapide des câbles de fluides avant l’amarrage sur le nœud d’amarrage de vaisseaux-cargo automatiques Progress ou de cabines d’équipage Soyouz.

Pierre-François Mouriaux