Des robots et des hommes (3/3)

Dextre

Le manipulateur agile spécialisé Dextre est un robot à deux bras, chacun doté de sept articulations, capable de réaliser des tâches d’assemblage, d’arrimage et d’entretien délicates, avec une précision de quelques millimètres.

La charge maximum déplaçable est de 600 kg. Ces tâches sont généralement effectuées par des astronautes lors de sorties extravéhiculaires.

Dextre mesure 3,70 m de haut, 2,37 m de large pour une masse de 1 710 kg. La longueur de ses bras est de 3,51 m. Il peut être monté à l’extrémité de Canadarm2 ou directement sur la base mobile MBS.

Ce robot est doté du sens du toucher et ses mains sont comme des couteaux suisses. Chacune d’elles est munie d’une clé à douilles rétractable et motorisée, d’une caméra et de projecteurs pour capter des images en gros plan et d’un connecteur rétractable pour l’alimentation électrique et la transmission de données et de vidéos.

Dextre est conçu pour installer ou remplacer de l’équipement léger, comme des caméras extérieures ou les batteries de 100 kg en usage sur la station, pour changer des composants défectueux du système électrique de la Station et sert de banc d’essai pour de nouveaux outils et de nouvelles techniques en robotique spatiale, notamment pour avoir la possibilité un jour de ravitailler en ergols les satellites en orbite.

Crédit : NASA

La base mobile MBS

Les dimensions de la base mobile MBS (Mobile Remote Servicer Base System) sont de 5,7 m × 4,5 m × 2,9 m pour une masse de 1 584 kg.

Cette base est capable de se déplacer sur les rails de 108 m de longueur sur la poutre principale de la station.

Le MBS possède quatre points d’ancrage et deux emplacements pour accrocher une charge utile.

Le premier emplacement peut accueillir un dispositif similaire à l’actionneur de verrouillage LEE (et ainsi Canadarm2 peut être utilisé pour autre chose).

Le MBS a des compartiments pour stocker des outils et des équipements, des attaches pour les pieds, des mains courantes et des attaches de sécurité ainsi que des caméras.

Crédit : CSA / NASA

Commander le Canadarm

Commander le bras robot Canadarm sur la navette, l’astronaute français Jean-François Clervoy en avait fait une spécialité : manipuler le bras alors qu’un collègue astronaute a les pieds calés à son extrémité, jouer avec les différents repères, être à la fois précis, efficace mais prudent, est quelque chose qui demande un entraînement long et régulier.

Mais c’est une compétence précieuse, qui peut être un coup de pouce pour se voir sélectionné pour un vol.

En décembre 1999, Jean-François Clervoy était aux commandes du bras robot lors de la troisième mission de maintenance du télescope spatial Hubble, au cours de la mission STS-103 de la navette Discovery.

Crédit : ESA / NASA

Jean-Pierre Nouaille