355 jours sur orbite

Crédit : Bill Ingals / NASA

Mercredi 30 mars, accompagnés du cosmonaute russe Anton Chkaplerov (qui avait fait le voyage aller le 5 octobre dernier), le Russe Piotr Doubrov et l’Américain Mark Vande Hei sont rentrés sur Terre à bord du Soyouz MS-19, après un séjour orbital de 355 jours, 3 heures et 55 minutes – soit quelques 5 680 orbites autour du globe et plus de 241 millions de kilomètres parcourus.

Les deux hommes étaient à bord de la Station spatiale internationale depuis le 9 avril 2021 (ils avaient été lancés à bord du Soyouz MS-18).

Crédit : NASA TV

Le Soyouz MS-19 s’est détaché à 7 h 21 (temps universel) du module russe Rassvet de l’ISS, et s’est posé dans les steppes du Kazakstan 4 heures et 7 minutes plus tard.

Les équipes de récupération de Roscosmos qui attendaient sur place ont aussitôt pris le trio, visiblement en très bonne forme – à part peut-être Piotr Doubrov, apparemment le plus éprouvé.

Crédit : Bill Ingals / NASA

Nouveaux records

Mark Vande Hei devient ainsi l’astronaute américain ayant passé le plus de temps sur orbite terrestre au cours d’une même mission, tandis qu’avec Piotr Doubrov il bat le record en vigueur à bord de l’ISS depuis la mission One-Year, menée entre mars 2015 et mars 2016 par le Russe Mikhaïl Kornienko (souvent oublié) et l’Américain Scott Kelly : 340 jours, 8 heures et 42 minutes d’affilée.

Mais le record historique reste aux mains du médecin-cosmonaute russe Valéri Poliakov, établi lors de son second séjour sur la station russe Mir : 437 jours, 17 heures et 58 minutes.

Anton Chkaplerov, lui, a retrouvé le plancher des vaches au terme d’un vol de 176 jours, 2 heures et 33 minutes. Après quatre vols spatiaux, il cumule 709 jours, 8 heures et 4 minutes de micropesanteur.

C’était le second vol spatial pour Mark Vande Hei (qui compte désormais un total 523 jours, 8 heures et 59 minutes dans l’espace) et le premier pour Piotr Doubrov.

Voir l’article sur les records de longévité sur orbite.

Crédit : NASA TV

À demi-mot

La veille du départ du Soyouz MS-19 s’est tenue la traditionnelle cérémonie de passage de clés entre Anton Chkaplerov, qui commandait l’Expedition 66 depuis le 8 novembre 2021 (veille du retour sur Terre de l’équipage Crew 2, dont faisait partie Thomas Pesquet), et l’astronaute américain Tom Marshburn. Ce dernier passera la main à son collègue russe Oleg Artemiev, entre l’arrivée de l’équipage Crew 4 (qui doit décoller le 19 avril prochain) et le retour sur Terre de Crew 3 (avec Matthias Maurer).

Une fois n’est pas coutume, le commandant russe ne s’est exprimé qu’en anglais, et a notamment déclaré : « Les gens ont des problèmes sur Terre. Sur orbite, nous formons un seul équipage. Je pense que l’ISS est un symbole de l’amitié et de la coopération, comme un symbole de l’exploration future de l’espace ».

Un discret message de paix, qui a été accompagné d’une allusion à la destruction d’un vieux satellite soviétique, le 15 novembre 2021, par un missile anti-satellite russe, qui a provoqué un nuage de débris et amené les occupants de la station à se réfugier dans les vaisseaux Crew Dragon et Soyouz durant deux à heures, au cas où une évacuation d’urgence s’avérerait nécessaire : « Certains satellites ont essayé de nous tuer mais nous avons travaillé ensemble très dur ».

Crédit : Roscosmos

Dernier passager américain d’un Soyouz ?

Après l’atterrissage, Mark Vande Hei – que certains imaginaient « privé » de retour sur Terre à l’aide du vaisseau russe suite à l’invasion de l’Ukraine et à la dégradation des relations américano-russes –, a comme prévu été transporté en hélicoptère vers l’aéroport d’Arkalyk, où l’attendait l’avion qui devait le rapatrier au centre Johnson de la Nasa à Houston, au Texas.

Au Tsoup, le centre de contrôle russe des vols spatiaux situé Korolev, dans la banlieue de Moscou, un message de bienvenue s’était inscrit sur l’écran dès l’immobilisation du Soyouz au sol : « Welcome back, Mark! » (Bienvenue à nouveau, Mark !).

De quoi rêvait Mark Vande Hei à la veille de son retour sur Terre ? « Faire un café pour mon épouse et moi-même, avait-il répondu lors d’une liaison vidéo en direct depuis l’ISS. Ensuite s’allonger sur le lit et discuter tous les deux, tout en lisant ou regardant les informations. Avoir simplement des samedis matins relaxants est une chose merveilleuse. Et puis, après ça, je dirais probablement guacamole et chips… ».

La question en revanche se pose sur le fait qu’un nouvel astronaute américain prenne à nouveau place à bord d’un vaisseau russe…

Crédit : NASA

Pierre-François Mouriaux