Y a-t-il un médecin à bord ? (1/2)

La gestion des problématiques médicales à bord d’un vaisseau spatial fait l’objet de réflexions approfondies des équipes aux sols depuis le début de l’exploration spatiale. Les équipements médicaux, la formation et la constitution des équipages sont des enjeux de premier plan, que ce soit pour l’orbite basse ou pour les voyages plus lointains.

Plusieurs médecins de formation ont eu l’occasion de réaliser des missions autour de la Terre, parfois de longue durée.

Les pionniers

Le premier médecin en orbite fut Boris Yegorov, cosmonaute soviétique, lors du vol Voskhod 1 (premier vaisseau triplace), du 12 au 13 octobre 1964. Il faudra attendre près d’une décennie pour voir un deuxième médecin en vol, Joseph Kerwin, astronaute américain qui vola lors de la mission Skylab 2, du 25 mai au 22 juin 1973. Son séjour dura 28 jours, et il fut le premier médecin à réaliser une sortie extravéhiculaire avec son commandant, le marcheur lunaire Pete Conrad, afin de réparer la station endommagée.

Anna Fisher, astronaute américaine, fur la première femme médecin à voler dans l’espace lors de la mission STS-51A à bord de la navette Discovery pour une mission de 8 jours, du 8 au 16 novembre 1984. Elle fut également la « première maman » de l’espace, comme elle se qualifie elle-même, puisque sa première fille Kristin Anne est née en 1983, donc avant son vol navette.

Le record de séjour le plus long dans l’espace est détenu depuis 1995 par le médecin cosmonaute russe Valéri Poliakov, qui séjourna dans la station soviétique Mir du 8 janvier 1994 au 22 mars 1995, soit 437 jours, 17 heures et 58 minutes.

Valéri Poliakov (à droite) et l’astronaute allemand Ulf Merbold
Crédit: Nasa – Roscosmos

Des vols de plus en plus ouverts aux médecins

La sélection des astronautes s’ouvrant aux civils depuis maintenant plusieurs décennies, on compte à ce jour 44 médecins ayant volé dans l’espace. Le premier médecin français fut Claudie Haigneré, médecin rhumatologue de formation. Elle réalisa deux vols : la mission Cassiopée vers la station spatiale Mir en 1996, puis la mission Andromède en 2001 à destination de la Station spatiale internationale en cours de construction.

Le cas du docteur américain David Hilmers est particulier. Militaire de carrière, il vola quatre fois à bord de la navette spatiale, entre octobre 1985 et janvier 1992 (missions STS-51J, STS-26, STS-36 et STS-42). Totalement subjugué par la beauté de la Terre et habité par la reconnaissance de tout ce que la vie lui avait apporté, il décida de débuter des études médicales après son troisième vol. Fort de son expérience, la Nasa fit appel à lui afin de remplacer l’astronaute Sonny Carter affecté au vol STS-42, tué lors d’un crash d’avion quelques mois seulement avant son vol. Il prépara donc sa mission spatiale tout en poursuivant ses études médicales. Il termina sa carrière en tant que pédiatre à Houston, après avoir réalisé de multiples missions à but humanitaire en Afrique.

David Hilmers à bord de la navette spatiale
Crédit : Nasa

Docteur Guélove Nolevaux