Retour à Houston

Dès son retour sur Terre le 9 novembre dernier, après un séjour dans l’espace de presque 200 jours, Thomas Pesquet avait été rapatrié vers le Centre européen des astronautes (EAC), basé à Cologne, en Allemagne.

Hébergé au sein du laboratoire de recherches Envihab du centre aérospatial allemand (DLR) et sous l’œil des équipes médicales de l’EAC, l’astronaute français a pu se réadapter au mieux à la pesanteur terrestre, tout en fournissant une multitude d’informations sur les modifications du corps humain aux responsables des expériences de physiologie menées à bord de la Station spatiale internationale

Une forme olympique

Très rapidement, le quarantenaire a affiché une forme physique exceptionnelle, l’expérience d’un premier vol spatial et une pratique plus intense des activités sportives quotidiennes à bord de l’ISS lui ayant permis de se préparer au mieux à des retrouvailles pas forcément agréables au départ.

« Après six mois d’impesanteur, on reprend très vite le chemin de la salle de sport pour récupérer sens de l’équilibre et coordination, et consolider le corps, écrivait Thomas Pesquet sur les réseaux sociaux le 15 novembre. Les exercices qui paraissaient simples avant la mission ne le sont plus autant après ».

Et de se réjouir le 3 décembre suivant : « Le retour à la vie terrestre suit son cours et j’ai attaqué les (nombreux) débriefings avec les (nombreux) métiers impliqués dans la mission Alpha. On continue aussi la remise en forme, et je suis presque revenu au niveau d’avant le vol ».

Rattrapé par le succès

A peine la mission Alpha terminée (pour sa partie orbitale), les sollicitations extérieures pleuvaient, à commencer par la montagne de courrier à ouvrir au bureau ou les demandes d’interviewes.

Thomas Pesquet a ainsi participé à la traditionnelle conférence de presse post-vol, organisée dès le 12 novembre depuis l’EAC, puis s’est prêté à deux entretiens en visioconférence, le 16 novembre sur France Info et le 19 novembre durant le 20 heures de France 2.

Retrouvailles avec l’équipage de Crew 2

Après ce premier mois de réadaptation et d’observation, Thomas Pesquet est retourné au Centre Johnson de la Nasa à Houston, aux Etats-Unis, où ont débuté les séances de débriefing de la mission avec les trois autres membres de la mission Crew 2/Alpha : les Américains Shane Kimbrough et Megan McArthur, et le Japonais Akihiko Hoshide.

Non sans humour, le Français s’est pris en photo le 13 décembre en salle de réunion, faisant la moue (tout comme Aki Hoshide), avec ce commentaire : « De retour aux États-Unis pour de longues séances de debriefings. Ici c’est notre fief quand on rentre de mission : il y a tout ce dont on a besoin pour se réadapter à la vie sur Terre en sécurité, tout en travaillant le plus efficacement possible. #MondayMotivation [LundiMotivation] ».

Ces séances qui doivent notamment permettre d’améliorer les procédures des prochaines missions spatiales, doivent se poursuivre jusqu’aux fêtes. Thomas Pesquet pourra alors prendre quelques vacances méritées, mais pas trop longues car le travail en Allemagne est loin d’être terminé (les mesures post-vol s’étalent sur six mois), tandis que les premières opérations publiques devraient rapidement démarrer en France.

Pierre-François Mouriaux

Crédits photos : T. Pesquet / Twitter