Addio, Minerva!

Crédit : Stéphane Corvaja / ESA

La mission Minerva de l’astronaute italienne Samantha Cristoforetti s’est terminée dans la nuit du 14 au 15 octobre, au terme d’un séjour sur orbite d’un peu plus de 170 jours.

[Article précédemment publié sur le site de l’hebdomadaire Air & Cosmos]

Changement de site d’amerrissage

L’astronaute italienne Samantha Cristoforetti, tout comme ses trois compagnons de voyage (les Américains Kjell Lindgren, Robert Hines et Jessica Watkins), était visiblement en pleine forme, le visage animé d’un large sourire, après la récupération en mer de la capsule Freedom de SpaceX.

Celle-ci s’était désamarrée de la Station spatiale internationale le 14 octobre à 16 h 05 (temps Universel), pour amerrir 4 heures et 50 minutes plus tard au large de la Floride, freinée par ses quatre parachutes.

Un ciel parfaitement bleu attendait le quatuor, qui avait vu son retour sur Terre décalé d’une journée et reprogrammé sur la région de Jacksonville, la météo du côté de Tampa se montrant peu propice pour une récupération nominale.

Crédit : Stéphane Corvaja / ESA

Comme sur des roulettes

Ainsi, la mission Crew 4 / Minerva, quatrième mission opérationnelle d’un Crew Dragon depuis novembre 2020, se sera déroulée « comme sur des roulettes », selon l’expression des responsables de la Nasa et de SpaceX, depuis le décollage (le 27 avril dernier), jusqu’à ce retour (le plus rapide à ce jour pour un Crew Dragon), en passant par un programme comportant plus de 250 expériences (dont 35 européennes) et une sortie extravéhiculaire historique, le 21 juillet.

Crédit : Philippe Sébirot / ESA

Retour à Envihab

Après la récupération en mer, l’équipage de Crew 4 a rapidement été emmené en hélicoptère vers l’aéroport de Jacksonville, puis transféré en avion vers Ellington, près du centre Johnson de la Nasa à Houston, au Texas.

De là, l’astronaute de l’Agence spatiale européenne a rejoint Cologne, en Allemagne, où elle est arrivée un peu moins de 20 heures après son retour sur Terre.

« J’ai l’impression d’être partie hier, ces mois ont passé à toute vitesse », a confié à son arrivée Samantha Cristoforetti.

Comme tous les astronautes européens après leur séjour à bord de l’ISS depuis novembre 2015, elle a ensuite pris ses quartiers au sein du laboratoire de recherches Envihab du Centre aérospatial allemand (DLR), où elle va pouvoir se réadapter à la pesanteur terrestre durant quelques semaines, sous l’œil des équipes médicales du Centre européen des astronautes (EAC).

Pierre-François Mouriaux